Le Zaydisme

 

 

 

Le Zaydisme est une école de pensée chiite qui est, parmi toutes les ramifications du chiisme, la plus proche de la tradition sunnite. Les zaydites se distinguent principalement des autres groupes chiites par leur conception de la nature de l’Imamat. À la différence des duodécimains et des ismaélites, qui pensent que l’Imamat se transmet au travers d’une lignée particulière de descendants, les zaydites croient que n’importe quelle personne de la descendance d’Ali est éligible à l’Imamat. Les zaydites rejettent la doctrine de l’Imam caché et du retour du Mahdi. Selon eux, l’Imam n’est ni infaillible ni capable de produire des miracles. Le mérite personnel, plutôt que l’investiture, est la condition nécessaire pour devenir Imam. Les zaydites rejettent toute forme de tradition « soufi ». Ils sont théologiquement proches de l’école moutazilite.

Le terme « zaydite » désigne les disciples de Zayd b. ‘Ali, le petit-fils d’al-Husayn (le fils du quatrième calife ‘Ali), et demi-frère du cinquième Imam, Mohammad al-Baqir. Zayd b. ‘Ali fut tué en 740 lors d’une révolte contre le calife omeyyade al-Hisham. Au 9ème siècle, deux États zaydites se forment : l’un au Tabaristan, une région au sud de la mer Caspienne, et l’autre au Yémen. Le premier prit fin en 928 quand son gouverneur, al-Hasan ibn al-Qasim, tomba au combat. Cependant, en 964, un second Imamat zaydite se constitua, et se maintenu jusqu’au 12ème siècle. À partir du 12ème siècle, les communautés zaydites déclinèrent en importance, et durant le 15ème et 16ème siècle, elles furent graduellement incorporées dans le chiisme duodécimain. L’État yéménite zaydite fut fondé en 890 par Yahya ibn al-Husayn, et subsiste encore à ce jour. En dépit des luttes internes pour le pouvoir et des attaques des ismaélites, l’État yéménite conserva son indépendance jusqu’en 1539 où il fut conquis par les Turcs ottomans, et devint ainsi une province de l’empire Ottoman. En 1595, les yéménites zaydites déclarèrent la guerre aux Turcs, cela aboutira finalement au départ du dernier gouverneur ottoman en 1635. Le Yémen resta indépendant jusqu’en 1872 où il devint à nouveau une province de l’empire Ottoman. À la chute de l’empire Ottoman après la première guerre mondiale, le Yémen obtenu son indépendance actuelle.
Après la dissolution de l’empire Ottoman, l’Imam Yahya continua de diriger le Yémen. En 1948, l’Imam Yahya fut assassiné dans une tentative de coup d’État. Le putsch fut déjoué par le fils de Yahya, Ahmad, qui succéda à son père en tant qu’Imam. Lorsque l’Imam Ahmad décède au mois de septembre 1962, son fils Mohammad lui succède. Une semaine plus tard, un coup d’État de l’armée destitue l’Imam et instaure la République Arabe du Yémen. Depuis ce jour, l’Imanat reste vacant.

On dénombre environ 8 millions de zaydites sur 70 millions de chiites. Le zaydisme est l’école officielle du Yémen.

 

Source: Université de Cumbria

 

 

 

Retour Accueil