L'Hanbalisme

 

 

 

Ahmad ibn Hanbal (m. 855) est à l’origine de l’école de jurisprudence hanbalite, il est également l’auteur d’un célèbre recueil de traditions. L’imâm ne laissa aucun ouvrage de jurisprudence derrière lui et commanda à ses disciples de ne pas consigner ses fatâwa. Ce sont les élèves de ces derniers qui institutionnalisèrent l’école en couchant par écrit les verdicts du grand juriste. L’hanbalisme est le rite le plus rigoriste des quatre madhhab.

Le fondateur
Ibn Hanbal est né en 780 et étudia les sciences religieuses à Bagdad. Il parcoura tout le pays et voyagea pendant plusieurs années en Syrie et en Arabie afin d’approfondir ses connaissances et recueillir des traditions prophétiques, il était particulièrement attiré par la science du hadîth. À son retour, l’imâm ach-Châfi’i (m. 820), un autre grand jurisconsulte, lui enseigna la loi islamique et dit à son sujet : « je suis parti de Bagdad, et je n’ai pas laissé derrière moi d’homme aussi bon, avec autant de science, ou une aussi bonne compréhension, et autant de piété qu’Ahmad ibn Hanbal ». Après quarante années d’étude, Ahmad endossa le poste à responsabilité de Mufti. Il devint une autorité en matière de hadîth, ses critiques étaient très écoutées, puis il rédigea un recueil colossal de traditions qu’il appela « Mosnad Ahmad », et qui fait aujourd’hui parti  des six corpus canoniques. Ibn Hanbal n’était pas seulement un traditionaliste de renom puisqu’il se spécialisa également dans d’autres matières dont la jurisprudence. Il eut l’avantage de bénéficier de l’enseignement ou de l’héritage de célèbres juristes, tels que ach-Châfi’i (m. 820), Mâlik ibn Anas (m. 795) ou encore Abou Hanîfa (m. 767), mais il préféra suivre sa propre voie et développa un fiqh plus orthodoxe, qui est plus conforme au coran et à la tradition à ses yeux. Ses deux fils, Sâlih (m. 873) et ‘Abdullah (m. 903), faisaient parti de ses élèves, ainsi que les traditionalistes al-Boukhâri (m. 870) et Moslim ibn al-Hajjâj (m. 875), les auteurs des deux sahih. Opposé à la doctrine officielle des abbassides de son époque, Ibn Hanbal fut emprisonné et torturé par les deux califes al-Ma’moun (m. 833) et al-Wâthiq (m. 847), car ceux-ci voulurent imposer le dogme de la création du coran, une croyance issue du motazilisme. Ahmad décéda des suites d’une maladie en 855, on rapporte que des centaines de milliers de personnes assistèrent à ses funérailles.

Présentation du madhhab
La jurisprudence hanbalite est très stricte et conservatrice, surtout en ce qui concerne les dogmes et le culte. L’école rejette toute doctrine contraire à ses croyances, par exemple, elle considère le motazilisme, le chiisme ou le kharijsme comme des déviances religieuses et condamne fermement les innovations. On rapporte qu’Ahmad ibn Hanbal a dit : « les tombes des pécheurs des gens de la sunna sont un jardin, tandis que les tombes des pieux ascétiques des gens de l’innovation sont un puits asséché. Les pécheurs parmi les gens de la sunna sont les amis d’Allah, tandis que les pieux parmi les gens de l’innovation sont les ennemis d’Allah ».  La particularité de ce rite est qu’il n’utilise pas le raisonnement analogique autant que les autres écoles, alors que l’hanafisme y a largement recours. Les normes juridiques sont établis en fonction du sens littéral du texte, et non selon le bon sens. Cette méthodologie ouvre la porte à l’obscurantisme religieux. Ainsi, les hanbalites préfèrent s’en remettre aux traditions avec une chaîne de transmission faible, à moins qu’un transmetteur ne soit étiqueté de menteur, plutôt que d’utiliser le qiyâs. Le même principe est appliqué lorsque l’avis d’un compagnon est rapporté, son opinion est privilégiée avant le recours au raisonnement. Cette façon de faire est très différente de l’école hanafite qui, elle, choisira parfois le qiyâs au hadîth, même si l’isnad est bon.

Quelques particularités du rite
- La femme doit couvrir son visage.
- Le cunnilingus n’est pas permit après la pénétration.
- Le taslim durant la prière est obligatoire.
- Le sperme est pur mais ne doit pas être avalé.
- La masturbation est autorisée sous certaines conditions.

L’hanbalisme dans le monde
On retrouve essentiellement l’école en Arabie Saoudite où le courant wahhabite en dérive. Elle est aussi présente en Syrie, en Irak, en Palestine et au Liban, et compte environ 30 millions d’adhérents. Cependant, la doctrine hanbalite à tendance à se propager rapidement, aussi bien dans les pays musulmans qu’en occident, de par un prosélytisme religieux intensif mené par le mouvement salafiste, d’où une radicalisation des musulmans à travers le monde.

Ouvrages majeurs de fiqh hanbalite
L’abrégé d’al-Khiraqi
-Auteur: al-Khiraqi

Al-Mouharrar
-Auteur: Ibn Taymiyya

Al-Moughni
-Auteur: Ibn Qoudama

Kitâb Latâ’if al-Ma’ârif
-Auteur: Ibn Rajab al-Hanbali

Mawsuat Fiqh Ibn Taymiyya
-Auteur: Ibn Taymiyya

 

 

 

Retour Accueil