Sahih al-Boukhâri

 

 

 

Le livre de l’appel à la prière (kitâb al-adhân)

578 – Anas bin Mâlik a rapporté :
Les gens parlaient du feu et de la cloche, et par cela ils ont parlé des juifs et des chrétiens. Ensuite, on a demandé à Bilâl de prononcer l’adhân en le répétant deux fois et une seule fois l’iqâma.

579 – Selon Nâfi’, Ibn ‘Omar a dit :
Quand les musulmans sont arrivés à Médine, ils se rassemblaient et attendaient l’heure de la prière. En ce temps-là, l’appel à la prière n’était pas prononcé. Un jour, ils ont discuté de ce problème, certains ont suggéré d’utiliser une cloche comme les chrétiens, d’autres ont proposé d’utiliser un cor comme la corne des juifs. Mais ‘Omar a été le premier à suggérer qu’un homme devrait faire l’appel à la prière. Par conséquent, le Messager de Dieu a ordonné à Bilâl de se lever et d’appeler à la prière.

580 – Anas a rapporté :
On a ordonné à Bilâl de répéter deux fois d’adhân et de prononcer une seule fois l’iqâma sauf pour l’iqâma.

581 – Anas bin Mâlik a rapporté :
Quand le nombre de musulmans s’est accru, ils ont discuté au sujet du moyen à employer pour connaître l’heure de la prière. Certains ont suggéré d’allumer un feu, et d’autres ont proposé de sonner la cloche. On a ordonné à Bilâl de prononcer l’adhân deux fois et l’iqâma une fois. 

582 – Anas bin Mâlik a rapporté :
On a ordonné à Bilâl de prononcer l’adhân deux fois et l’iqâma une fois.
Ismâ’îl a dit : j’ai parlé de cela à Ayyub et il a ajouté : « sauf l’iqâma ».

583 – Abi Horayra a rapporté :
Le Messager de Dieu a dit : « lorsqu’on fait l’appel à la prière, le Satan pète très fort afin de ne pas entendre l’adhân. Quand l’adhân est terminé, il revient mais repart aussitôt lorsqu’arrive l’iqâma. À la fin de l’iqâma, il revient et chuchote dans le cœur de l’homme, et lui fait rappeler des choses dont il ne se souvenait plus avant la prière, si bien que l’homme ne sait plus où il en est dans la prière. 

584 – Selon ‘Abd ar-Rahman bin ‘Abdullah bin ‘Abd ar-Rahman bin Abi Sa’sa’a al-Ansâri al-Mazini, son père a rapporté qu’Abou Sa’id al-Khoudri lui a dit :
Je vois que tu aimes les moutons et le désert. Lorsque tu seras avec tes moutons ou dans le désert et que tu veux prononcer l’adhân, élève ta voix car quiconque entendra l’adhân, être humain, djinn ou autre créature, témoigneront en sa faveur le jour de la résurrection.
Abi Sa’id a dit : « j’ai entendu cela du Messager de Dieu ».

586 – Abi Sa’id al-Khoudri a rapporté :
Le Messager de Dieu a dit : « lorsque tu entends l’adhân, répète ce que le muezzin a dit ».  

587 – ‘Isa bin Tâlha a rapporté qu’il a entendu Mou’âwiya répéter l’adhân jusqu’à « wa achhadou ‘anna mohammad rasoul allah ».

589 – Jâbir bin ‘Abdullah a rapporté :
Le Messager de Dieu a dit : « celui qui après avoir entendu l’adhân dit : « Dieu, Seigneur de cet appel parfait et de cette prière. Accorde à Mohammad le droit d’intercession et de supériorité, et assigne-lui le plus haut rang du paradis que tu lui as promis », aura mon intercession le jour de la résurrection.

592 – Sâlim bin ‘Abduallah a rapporté que son père a dit :
Le Messager de Dieu a dit : « Bilâl prononce l’adhân la nuit. Donc, mangez et buvez jusqu’à l’appel à la prière de Ibn Oumm Maktoum ». Puis il (sâlim) a ajouté : c’était un aveugle qui ne faisait l’adhân que lorsqu’on lui disait que le jour s’était levé.

593 – ‘Abdullah bin ‘Omar a rapporté que Hafsa lui a dit :
Quand le muezzin prononçait l’adhân pour la prière de l’aube, et que l’aube apparaissait, le Messager de Dieu faisait deux rak’at avant l’iqâma.

594 – ‘Aicha a rapporté :
Le prophète faisait deux légères rak’at entre l’adhân et l’iqâma de la prière de l’aube.

595 – ‘Abdullah bin ‘Omar a rapporté :
Le Messager de Dieu a dit : « Bilâl prononce l’adhân la nuit, alors mangez et buvez jusqu’à ce que Ibn Oumm Maktoum prononce l’adhân.

597 – ‘Aicha a rapporté :
Le prophète a dit : « Bilâl prononce l’adhân la nuit, donc mangez et buvez jusqu’à ce que Ibn Oumm Maktoum prononce l’adhân.

598 – ‘Abdullah bin Moughaffal al-Mouzanni a rapporté :
Le Messager de Dieu a répété trois fois : « il y a une prière entre les deux adhân, pour celui qui veut prier ».

599 – Anas bin Mâlik a rapporté :
Quand le muezzin faisait l’adhân, quelques compagnons du prophète se dirigeaient vers les colonnes de la mosquée et priaient deux rak’at avant la prière du coucher du soleil, jusqu’à ce que le prophète n’arrive. Il y avait un peu de temps entre l’adhân et l’iqâma.
‘Othmân bin Jabala et Abou Dâwoud ont rapporté de Chou’ba qu’il n’y avait que peu de temps entre l’adhân et l’iqâma.

600 – ‘Aicha a rapporté :
Le Messager de Dieu faisait deux légères rak’at avant la prière du matin, après le levé du jour et quand le muezzin avait fini son adhân. Il s’allongeait ensuite sur son côté droit jusqu’à l’arrivée du muezzin pour l’iqâma.

601 -  ‘Abdullah bin Moughaffal a rapporté :
Le prophète a dit : « il y a une prière entre les deux adhâns, il y a une prière entre les deux adhâns ». Puis, la troisième fois, il ajouta : « pour celui qui veut ».

602 – Mâlik bin Houwayrith a rapporté :
Je suis allé voir le prophète avec des hommes de ma tribu et nous sommes restés avec lui durant vingt nuits. Il était gentil et compatissant avec nous. Quand il s’est aperçu de notre envie de revoir nos familles, il nous a dit : « repartez et restez auprès de vos familles, apprenez-leur la religion, et faîtes la prière. L’un d’entre vous devra faire l’adhân lorsque l’heure de la prière arrive, et le plus vieux d’entre vous devra mener la prière ».

604 - Mâlik bin Houwayrith a rapporté :
Deux hommes sont allés voir le prophète avec l’intention de partir en voyage. Le prophète a dit : « quand vous serez partis, faîtes l’adhân puis l’iqâma et le plus âgé parmi vous présidera la prière ».

606 – Nâfi’ a rapporté :
Par une nuit froide, Ibn ‘Omar a prononcé l’adhân à Dajnân, puis il a dit : « priez dans vos maisons », et nous a informés que le Messager de Dieu disait au muezzin de prononcer l’adhân, ensuite il disait : « priez chez vous », à la fin de l’adhân lorsque la nuit était pluvieuse ou froide pendant un voyage.

607 – ‘Awn bin Abi Jouhayfa a rapporté que son père a dit :
J’ai vu le Messager de Dieu à al-Abtah. Bilâl est arrivé et a annoncé l’heure de la prière. Puis il est sorti avec une pique et l’a planté devant le Messager de Dieu, et a prononcé l’iqâma.

608 - ‘Awn bin Abi Jouhayfa a rapporté que son père a dit :
J’au vu Bilâl tourner son visage d’un côté et de l’autre pendant qu’il prononçait l’appel à la prière.

611 – ‘Abdullah bin Abi Qatâda a rapporté que son père a dit :
Le Messager de Dieu a dit : « quand on fait l’iqâma, ne vous levez que lorsque vous me voyez ».

 

 

 

Retour Accueil